L'HISTOIRE DU CHÂTEAU COUFFINS

CHÂTEAU COUFFIN du PERIER

L'HISTOIRE DU CHÂTEAU COUFFINS
L'HISTOIRE DU CHÂTEAU COUFFINS

Pourquoi une telle création? La réponse est dans l'histoire même du CHÂTEAU COUFFINS.

Tout d'abord, deux précisions cartographiques : dans le relevé cartographique vers 1723, Claude MASSE, ingénieur du Roi de France Louis XV (1715-1774), n'indique pas encore de château dans la boucle que forme la Dordogne après Cubzac-les-Ponts, face à Caverne.
D'autre part, cette anse de la rivière enserrant le château forme un "couffin" qui aura pu suggérer sa dénomination.

Bien avant la Révolution Française, dans les années 1735-1740, la puissante famille girondine des DU PERIER de LARSAN serait à l'origine de la construction du château dans un style néo-classique. Le domaine avait vraisemblablement une vocation de polyculture mais centrée sur la vigne.

Pendant 200 ans environ, plusieurs propriétaires se succédèrent avec des fortunes diverses. À travers les éditions successives de "Bordeaux et ses vins" de Charles COCKS et Edouard FERET, nous pouvons suivre la destinée viticole du domaine.

On note dans la 2ème édition (1868), qu'un sieur SEIGNAN exploite le domaine avec une production de 250-300 tonneaux en vin rouge de palus.

Dans la 3ème édition (1874), Auguste SEIGNAN Junior est noté comme exploitant avec une production de 350 tonneaux de vin rouge. Château Couffins est perçu comme l'un des plus remarqués châteaux du Fronsadais.

La 7ème édition (1898), indique comme gestionnaire du domaine, Madame de RAYNAL.
Le domaine subit, comme tout l'espace viticole national dans cette deuxième moitié du XIXème siècle, les parasitoses nouvelles telles l'oïdium, le mildiou et surtout le phylloxéra qui dévastent quasiment tous les vignobles.
Ces attaques semblent avoir été jugulées puisqu'on note une production de 300 tonneaux de vin rouge sur une propriété reconstituée des meilleurs cépages sur porte-greffes américains, ce qui classe ce domaine parmi les plus réputés et les plus vastes du Fronsadais.
Il s'étendait sur près de 85 hectares, dont 50 d'un seul tenant, tel que l'indique un document cadastral retrouvé et consultable au château.

Dans la 9ème édition (1922), sont indiqués les propriétaires successifs (André COUSTEAU et son fils Albert, respectivement oncle et cousin du Commandant Jacques-Yves COUSTEAU, la famille DROMILLY, la Sté civile du Château Couffins).
Chacun, par des améliorations culturales et des techniques, a rehaussé la réputation du domaine et la qualité de la production.

Mais un déclin se fait sentir.

Dans la 11ème édition (1949), on note une production moindre avec 200 tonneaux.
La reconstitution partielle du vignoble, les réaménagements du cuvier et des chais qui permettaient d'engranger 2000 barriques, sont impuissants à renverser l'ordre des choses.

Le monde viticole subit une mutation brutale. La reconnaissance administrative ne suit pas. L'origine de ces vins de qualité n'est pas promue par une appellation qui assurerait une meilleure rentabilité de la production.
La météorologie en rajoute une grosse couche... de neige et les gelées de 1956 parachèvent le drame. La sanction tombe, le vignoble est détruit. La vigne est arrachée.

La 12ème édition (1969), le Château Couffins ne figure plus comme domaine viticole.

Une autre page de son histoire est écrite dès 1956 avec la reprise du domaine par la famille VANDENBERGHE-PARRET.
De souche belge, implantée en Normandie à l'issue de la Première guerre mondiale, elle s'installe en Gironde et relève le défi. La famille restructure la propriété avec une orientation de polyculture céréalière et d'élevage bovin.

En 2009, à la faveur de dispositions successorales, le domaine est restructuré.
Toutefois, les liens familiaux, loin d'être rompus, sont renforcés pour tous les enfants dont Nathalie BONNET-VANDENBERGHE et tous les petits-enfants qui ont grandi au château.

Une nouvelle page de son histoire s'écrit.

L'exploitation agricole perdure sous la direction de son frère puis de son neveu, alors que le château revient à Nathalie qui l'a transformé en meublés de tourisme.
Malgré les orientations différentes, le château et l'exploitation agricole sont indissociables et leur sort est intimement scellé dans la pierre immémoriale héritée de leurs parents.

Pour rappeler et en souvenir des heures glorieuses de l'ancien domaine viticole, mais aussi pour honorer les gestionnaires successifs qui ont assuré la pérennité du Château Couffins, Nathalie, vigneronne dans le Bourgeais, a créé un vin de marque : CHÂTEAU COUFFIN du PERIER.

CHÂTEAU COUFFIN du PERIER est un vin d'Appellation d'Origine Contrôlée "Côtes-de-Bourg" produit sur une propriété à Saint-Ciers-de-Canesse où réside Nathalie, à moins de 25 km du Château Couffins. Son époux, Christophe BONNET, vigneron également, est propriétaire du CHÂTEAU HAUT-GUIRAUD sur la même commune.
Les vignes de Nathalie, idéalement exposées au Sud-Ouest, s'étendent sur les premiers coteaux argilo-calcaires de la rive droite entre Bourg et Blaye. Elles donnent à voir une vue imprenable sur l'estuaire de la Gironde.
Le vignoble, complanté strictement en cépage merlot, a pris un nouvel essor depuis le millésime 2008. La récente conduite culturale du vignoble s'abstient de l'emploi de tout engrais, désherbant ou molécule pesticide de synthèse, dans le plus pur respect de la vigne et de l'environnement. Le vignoble est contrôlé et certifié par l'organisme ECOCERT SAS.

Parmi les millésimes disponibles, nous vous proposons des vins au bouquet de fruits rouges bien mûrs, marqués par un bois fondu en finale, d'une belle couleur intense. Ils offrent en bouche une souplesse et une rondeur bâties sur des tannins élégants. On peut espérer une bonne garde, à moins de les déguster dès maintenant sur une belle entrecôte "à la bordelaise".

Nous pouvons vous accueillir sur nos propriétés durant votre séjour, avec une visite et une dégustation gratuites sur rendez-vous. Bonne découverte en Bordelais.

Oenotourisme au Château Couffins Oenotourisme au Château Couffins
Oenotourisme au Château Couffins